Chute libre en chambre, un nouveau sport

Le sport, en plus d’être bon pour la santé est un moyen adéquat de pratiquer sa passion.  Ces dernières années, de nouvelles disciplines ont été créées pour entrer dans cette catégorie. Nous n’allons pas vous parler de vos voilages personnalisés dans votre chambre à coucher, non, mais bien de la chute libre en chambre aussi appelée « soufflerie ». Pratique encore peu connue, elle est à la fois originale et impressionnante. Voici donc tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet pour ceux qui veulent tenter l’expérience ou participer à une compétition.

Le concept de ce sport

La Chute libre en chambre est un sport dit extrême. Comme tout autre sport, ce dernier permet de faire bouger son corps tout en s’amusant. La pratique de ce sport n’est pas du tout compliquée. Toutefois, il implique d’être bien équipé et d’avoir les dispositions nécessaires. Parmi les impératifs, il y a par exemple le grand cylindre fait en plexiglas. Ce dernier doit être vertical pour faciliter votre pratique. Il faut également une soufflerie extrêmement puissante et pouvant aller jusqu’à 200 kilomètres par heures. Durant la pratique de la Chute libre en chambre, il est préférable d’être bien protéger. Une combinaison adéquate et un casque sont alors conseillés. Dans le but de vous amuser encore plus, il est possible de mettre la pièce dans le noir et d’utiliser des LED.

La deuxième Coupe du Monde de Chute libre en Chambre

Même si ce sport reste peu connu dans plusieurs pays, il est déjà très apprécié dans d’autres. C’est par exemple le cas de l’Amérique qui la pratique depuis quelques temps. Au départ, ce fut la FAI ou Fédération Aéronautique Internationale qui s’occupait de tournoi en équipe ou en solo. Mais avec l’augmentation des équipes, cela est devenu une coupe du monde. Bien sûr, les équipes ont besoins de beaucoup d’entrainement pour en arriver là mais cela ne semble pas les décourager.

La France représentée par 31 athlètes

Pour la coupe du monde de Chute libre en Chambre, la France sera bien représentée. 31 athlètes participeront à la compétition et seront divisés dans les différentes catégories. La formation comporte généralement 4 parachutistes qui se chargeront d’une catégorie bien précise. Durant la compétition, les athlètes sont jugés sur l’innovation de leurs mouvements, leurs synchronisations, la technique d’exécution des différents mouvements ainsi que sur leur niveau. Afin de porter haut l’honneur du pays, il est possible  pour ses athlètes de s’entrainer à Lille, Lyon, Argenteuil, Caen et encore bien d’autres endroits.

Des Journées dans les nuages

aerosports

Presque toutes les disciplines aérienne étaient au rendez-vous.


La troisième édition des journées sports aériens, s’est étendue sur la grande région Auvergne Rhône-Alpes et a accueilli un public qui a quitté son peignoir à la maison pour sa passion de l’aéronautique. Parmi les sites concernés on trouve l’aérodrome de Brioude-Beaumont, là où les passionnés ont pu profiter de prés sûr des vols à voile, parachutisme, l’aéromodélisme ou encore le vol moteur.

Les Brivadois ont pu sauter en parachute avec Auvergne parachutisme et s’envoler en ULM, en avion ou au bord d’un planeur en compagnie des pilotes locaux. 
Par contre les montgolfières du Haut Allier n’ont pas eu l’occasion de s’élever pour raison de vents fort. 



Ces journées portes ouvertes ont été l’occasion pour les visiteurs d’oublier leurs peignoirs et de se familiariser avec les infrastructures, ainsi que d’en apprendre sur les différentes classes d’ULM, de profiter des ballets aériens des hélicoptères et autres miniatures pilotées par les membres de l’aéromodèle Club ou encore de participer à un concours d’avions en papier.